Katumbi – CENCO : les dessous de cartes !

L’opinion nationale longtemps plongée dans un profond sommeil par une forte dose de drogue psychologique pendant la tenue des pourparlers politiques directs entre la Majorité présidentielle et le Rassemblement de forces politiques et sociales acquises au changement s’est finalement réveillée !

En effet, endormie par des demi-vérités véhiculées par un document confidentiel d’information tendancieux adressé au chef de l’Etat par les membres du clergé catholique chargés de faciliter lesdits pourparlers au nom de la Cenco, cette opinion nationale vient de rendre à l’évidence que cette équipe de médiation avait travaillé plus pour plaire à l’innommable et puissant bailleur de fonds du Rassemblement que pour l’intérêt bien compris du peuple congolais !
Pour la petite histoire, le document confidentiel d’information en question adressé à Joseph Kabila portait le titre suivant : « Rapport de la commission ad hoc sur la décrispation politique », mais malgré le seing de confidentialité dont il avait été préalablement couvert par ses éminents auteurs, de larges extraits de celui-ci étaient concomitamment publiés le week-end dernier dans plusieurs médias paraissant au pays et à l’étranger !
Mais le plus grave et le plus scandaleux dans cette initiative malheureuse de prélats commis à la médiation de pourparlers politiques directs du centre interdiocésain c’est sans nul doute le contenu du document qui porte des allégations, pour le moins légères à l’extrême, et se situant, du reste, à un niveau qui dépasse largement l’objet de leur mission !
De là, l’opinion nationale se trouve bien fondée pour se poser des questions lancinantes ci-après : pourquoi les initiateurs du document pourtant classé « top secret » à l’origine avaient-ils décidé de l’exposer sur la place publique ? N’est ce pas là un mépris envers la première institution du pays ? Pourquoi la copie de ce document confidentiel devait-elle été réservée à la seule personne de Moïse Katumbi Chapwe alors que d’autres importantes personnalités du Rassemblement (cas de Muyambo et Diomi) et de la Majorité sont en droit d’obtenir chacune une copie conforme ? Est-ce que faut-il prendre encore en considération ce rapport puisque l’on connait déjà les dessous de cartes ?

Jeff Saile

Leave a Reply