MOÏSE KATUMBI : CAP SUR LA PRÉSIDENTIELLE

Candidat déclaré à la présidentielle, Moïse Katumbi ne se dédit pas. Bien au contraire, de son exil forcé, il avance à pas sûrs vers la ligne de départ. Petit à petit, il met en place l’équipe qui devrait l’accompagner pendant la campagne électorale. Mercredi 31 mai, il a fait d’Olivier Kamitatu son porte-parole. Cette nomination inaugure une série qui indique que Katumbi met le cap sur la prochaine présidentielle prévue fin 2017, aux termes de l’Accord politique signé sous l’égide de la Cenco.

Nonobstant la mauvaise foi de la Majorité présidentielle dans la mise en application de l’Accord de la Saint-Sylvestre, les responsables du Rassemblement, fidèles aux idéaux fondateurs de ce regroupement politique d’opposition autour de la personnalité d’Etienne Tshisekedi, n’ont pas désarmé. Ils tiennent la dragée haute.

A partir de l’Europe, où le condamne en exil le pouvoir en place à Kinshasa, Moïse Katumbi ne se lasse pas de mobiliser les troupes dans la voie de l’alternance démocratique. Quoi qu’éloigné du pays, Katumbi reste ancré à sa promesse. En clair, il reste par conséquent candidat à la prochaine présidentielle, censée se tenir fin 2017 suivant les échéances convenues dans l’Accord du 31 décembre 2017.

Pour le moment, l’ancien gouverneur du Katanga réorganise son état-major. Il entend donc s’entourer d’une équipe de choc, composé de personnalités fidèles animées d’un idéal tourné vers le peuple, pour se hisser au sommet de l’Etat. C’est une étape vers la conquête du pouvoir.

Dans un communiqué rendu le 31 mai 2017 à Bruxelles, Moïse Katumbi vient d’annoncer les couleurs en désignant Olivier Kamitatu comme son porte-parole. C’est un choix judicieux et réfléchi, commente son entourage. Dans son tweet, Moïse Katumbi ne cache pas son enthousiasme.

« Heureux d’annoncer que Olivier Kamitatu sera mon porte-parole; c’est toute la RDC démocratique et avide d’alternance qui en bénéficiera! » Il aura à ce titre, précise Katumbi, la mission de « communiquer les positions officielles du candidat à l’élection présidentielle », tout en contribuant au « renforcement de la cellule de communication de l’opposant congolais ».

En outre, Moïse Katumbi rappelle les raisons qui ont milité à ce choix. « L’expérience et l’expertise d’Olivier Kamitatu nous seront précieuses dans notre lutte pacifique pour instaurer l’Etat de droit dans notre pays. Il porte un message clair, celui du respect de la Constitution et de la prise en compte de l’aspiration du peuple. Parce que nous partageons ensemble ces convictions, il portera maintenant aussi ces messages pour moi et j’en suis très heureux pour la RD Congo », a-t-il précisé.

Une déclaration qui n’a pas laissé insensible le principal intéressé. « Je remercie Moïse Katumbi pour sa confiance. Porter sa parole dans son juste combat en faveur du peuple Congolais est un très grand honneur », a posté pour sa part Olivier Kamitatu dans son compte tweeter.

Les raisons d’un choix

Connu pour sa maîtrise des dossiers du pays et sa verve oratoire, Olivier Kamitatu, coordonnateur adjoint du G7, regroupement politique membre du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement, vient de s’offrir un autre challenge. C’est celui d’accompagner par des voies pacifiques Moïse Katumbi à accéder à la fonction suprême au terme d’une présidentielle prévue en décembre 2017. Fin connaisseur des rouages politiques de la RDC, Olivier Kamitatu est bien placé pour jouer parfaitement ce rôle.

A Genval en juin 2016, il a été au front dans la création du Rassemblement où l’ombre de Katumbi a plané de bout en bout. A ce titre, Olivier Kamitatu n’est pas loin des visées politiques de Katumbi. Il le connaît bien et vice-versa.

Ce casting démontre le sérieux que met ce candidat à la présidentielle dans sa stratégie de conquête du pouvoir par les urnes.  L’opposition n’entend donc pas baisser le bras. Il affine sa stratégie au fur et à mesure que s’approche l’échéance de décembre 2017.

Au Rassemblement, les responsables ont tous compris que le président Kabila cherche à les détourner de l’objectif en multipliant des tricheries qui pousseraient cette coalition au boycott des élections. Tout est fait pour tenir le Rassemblement loin de l’organisation de prochains scrutins en énervant ses leaders par des stratégies qui démontrent un degré abject de malices et la volonté d’en découdre par des biceps. C’est dans cet ordre d’idées qu’il faut classer l’acharnement sur la personne de Moïse Katumbi ou encore de Jean-Claude Muyambo et bien d’autres opposants qui croupissent dans les geôles.

Mais, en combattants aguerris, les leaders du Rassemblement ne se laisseront pas prendre dans ce piège. C’est pour cette raison qu’un conclave sera tenu en vue de procéder à un examen approfondi sur les échecs et les avancées de l’actuel processus. Le conclave qui se prépare déjà promet des moments d’insomnies à la MP.

Un tandem de choc

Candidat à la présidence, Moïse Katumbi affûte donc ses armes. L’arrivée autour de lui d’Olivier Kamitatu marque certainement un tournant dans son combat politique. Elle ouvre une ère nouvelle. Depuis son divorce avec la MP, Moïse Katumbi n’a été aussi confiant sur l’imminence de son action. Il est convaincu d’incarner un nouvel espoir pour le peuple congolais. Ainsi, loin du pays, il n’hésite pas à porter un regard sur les dures souffrances qu’endure le peuple congolais, condamné, à l’instar des populations du Kasaï, à l’errance.

Comme porte-parole, Olivier Kamitatu devrait donner plus de visibilité à l’action politique de Moïse Katumbi, en restant ancré sur l’alternance démocratique, laquelle passe par l’organisation fin décembre 2017, de la présidentielle comme prévue dans l’Accord de la Saint-Sylvestre.

 

Le tandem Katumbi – Kamitatu promet bien des surprises. Sans doute après le président de l’ARC, d’autres têtes couronnées de la scène politique vont compléter l’arène qui se forme autour de l’homme du «3èmepenalty ». C’est cette métaphore qui avait consacré son divorce avec la Majorité présidentielle.  

Leave a Reply